Skip to content

Le photographe Vincent Fournier se plonge dans la vie des robots !

12 mai 2010

Après ses photographies atypiques sur le thème de la conquête spatiale « Space Project » Vincent Fournier a décidé de s’attaquer à la robotique.

L’étrange et le surnaturel sont les sentiments qui ressortent des photos de ce photographe français. Il n’y a pas d’éléments de temporalité mais un monde ou les robots se sont créés une place dans la société.






Un peu d’histoire :

Vincent Fournier est né en 1970 au Burkina Fasso. Il vit et travaille entre Paris, Londres et Bruxelles.

Ce photographe est un professionnel, titulaire d’une licence en sociologie et d’une maîtrise en arts visuels, il est diplômé de l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles en 1997.

Auteur du livre « 45 Bienvenue », ses photographies sont publiées dans View On Color, Crash et Wall Paper, il expose aux rencontres d’Arles, à la Galerie Interface à Marseille en 1996 ainsi qu’au Centre d’Art Contemporain de Vitoria en Espagne en avril 2004.

Lauréat d’un prix de bronze au Festival de Cannes et d’un Gold Clio Award, Vincent Fournier a un style caractéristique qui mêle le fantastique à la réalité, et entraîne le spectateur dans un voyage vers l’inconnu.

Pour la série “Space Project”, le photographe de situation Vincent Fournier a affronté le monde entier et obtenu les autorisations nécessaires pour se documenter avec une chambre numérique, les lieux terrestres les plus significatifs de l’aventure spatiale.

Traitée comme un décor de science fiction, la beauté de ces magnifiques images a une volonté rétro-futuriste qui fait appel à nos souvenirs du futur lorsque nous étions enfants.

“Space Project” nous plonge dans les paysages des sites d’observatoires d’Hawaii, Chili, France, le Centre Ariane Espace en Guyane, les installations de la NASA situées dans le désert de l’Utah, la Cité des Etoiles en Russie et Cap Canaveral en Floride.

Découvrez ci-dessous quelques photos de cette superbe série qui a été aussi éditée par Verlhac avec la préface du Spationaute, Patrick Baudry.

Les personnages de Vincent Fournier semblent perdu au milieu d’un non-lieu grandiose et deviennent les figurants d’un décor dont ils n’ont pas conscience. L’ensemble des photos de Vincent Fournier se situe quelque part dans la subversion.


« Ma spécificité est de construire des images complexes qui possèdent une fidélité naturelle. Je suis quelqu’un de curieux, de patient, de passionné, et mon travail m’apporte des satisfactions. J’ai envie que les personnes qui le visionnent se sentent comme à l’intérieur de ce monde que j’ai créé à travers la photographie, et cela m’oblige à expérimenter avec mon art autant que possible ».

Fiction ou future réalité ? L’avenir nous le dira…

Pour ce qui est de l’artistique, ce photographe nous plonge avec beauté dans d’éventuels tableaux de la société moderne.

Représenté par sept galeries internationales à Paris, Bruxelles, Londres, Milan, Tokyo, New York et Los Angeles, Vincent Fournier attire également les poids lourds du secteur, tels que le magazine Wallpaper, BETC, ou encore TBWA. Il est l’auteur de deux livres : « Tour Operator », aux éditions AD2, et « Space Project », aux éditions Verlhac, respectivement publiés en 2007 et 2008. Il nous explique ci-dessous comment son Hasselblad H3DII l’a aidé à réaliser ses images complexes et futuristes.

Site

Carole Lambert
4 bis rue de l’assomption
75016 Paris
tel: 00 33 1 55 74 84 84
Fax: 00 33 1 55 74 84 88
Agent

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :