Skip to content

Aslan, le maître incontesté des Pin-up.

20 novembre 2010

D’origine arménienne, Alain Gourdon a pris comme pseudonyme le nom de son grand-père, Aslan. Dessinateur de figures et de nus, illustrateur, sculpteur, il est né en 1930 à Lormont en Gironde. A quatorze ans, il entre au Beaux-Arts de Bordeaux. Il rencontre celui qui deviendra son ami : le sculpteur César.

Un an plus tard, il obtient le premier prix de l’Université en anatomie artistique. Muni d’une dispense d’âge, il est ensuite admis à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

En 1952, il est nommé peintre et sculpteur officiel de l’armée. Parallèlement, il dessine dans des livres pour enfants, tels que Pinocchio ou les contes de Perrault. Puis il réalisa des illustrations sur les couvertures de la Bibliothèque rose.

A partir de 1953, il se consacre à la création de pin’up pulpeuses, alors emblèmes de marques de voitures, ainsi qu’aux affiches de grands cabarets parisiens (des Folies Bergères, du Crazy Horse, du Casino de Paris, de l’Alcazar ou de l’Olympia).

Mais c’est surtout son travail pour le magazine « Lui« , de 1963 à 1981, qui fait de lui le maître incontesté de ces silhouettes féminines dénudées. Pendant 18 ans, il couche sur le papier la célèbre Pin-up du mois, plus vraie que nature, qui a nourri les fantasmes de plusieurs générations.

Ces femmes blondes, brunes ou rousses, souvent plus opulentes que brindilles, souriantes ou à la mine gentiment boudeuse, provocantes avec la main entre les jambes, s’exhibant, toujours dans des positions sans cesse renouvelées, ont presque toutes un point commun : ce regard pénétrant et troublant dans lequel le spectateur ne pouvait que se perdre, pour son plus grand plaisir.

Aujourd’hui, ces jolies dames sont de nouveau à l’affiche, sous forme de calendriers (années 1970-80, est. 50 à 200 euros), d’objets (gants de toilette, puzzles, jeux de cartes, pochettes d’allumettes, tôles découpées… mêmes estimations), lithographies ou posters (est. 100 à 400 euros), dessins originaux (est. 2 000/3 000 euros), mais surtout sous forme de gouaches parues dans Lui (est. 3 500 à 10 000 euros).

Un ouvrage recense les plus belles pin-up d’Aslan publiées dans le magazine Lui, de 1963 à 1981. Le développement de sa technique sur cette durée se mêle à celle des moeurs et de la mode de ces années.

Pour l’acheter : http://www.amazon.fr/Pin-up-Aslan/dp/2842713710

Son site : http://www.aaslan.com/

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :